INCERTAINS REGARDS

Section Théâtre Aix-Marseille Université


Le Saut, d’après Tchekov | Olivia Corsini

dimanche 1er mars 2020, par Arnaud Maïsetti



— information pratiques
— présentation du projet
— distribution
— dossier de presse
— On en parle
— Images du spectacle
— Le metteur en scène
— le projet universitaire




Informations pratiques :

Théâtre Antoine-Vitez, Aix-en-Provence

— Mardi 3 mars 2020 à 20h00
— Mercredi 4 mars 2020 à 19h00
— Jeudi 5 mars 2020 à 14h30
— Vendredi 6 mars 2020 à 20h00
— Samedi 7 mars 2020 à 20h00

Mise en scène de Olivia Corsini
Avec des étudiants des sections Arts de la scène et théâtre d’AMU

Durée du spectacle : 1h


Présentation du projet

Création universitaire avec des étudiants de la section Arts de la scène d’Aix-Marseille Université

Dans un dialogue entre scène et écran ; écrits personnels, interviews et fragments de textes interrogent la question de l’incarnation et de son rapport au monde, au-delà des doutes qui parfois empêchent. Une vingtaine de jeunes se donnent à cette merveilleuse et généreuse pratique propre à l’acteur : faire rayonner, à travers leur corps, les grands thèmes touchés par Anton Tchekhov. C’est en grand collectif que « Le Saut » dévoile des morceaux de vie à travers des tableaux chorégraphiés et rythmés par différents états. Par la volonté de capturer le reflet direct des états d’âme des comédiens, la vidéo est invitée sur scène pour apporter un dialogue avec le jeu. En partageant leur vécu et leurs réflexions ils s’emparent de l’œuvre et ils nous parlent de sujets à la fois personnels et universels comme l’amour, la peur de l’avenir, l’ennuie, l’autonomie… À 20 ans… En 2020.

Pourquoi la brillance de nos rêves et de nos idéaux déteint-elle avec le temps ? La jeunesse ne doit pas être domptée. Le rêve doit être soutenu.
Une vingtaine de jeunes se donnent à cette merveilleuse et généreuse pratique propre à l’acteur : faire rayonner, à travers leur corps, les grand thèmes touchés par Anton Tchekhov. En partageant leur vécu et leurs réflexions, ils s’emparent de l’œuvre et ils nous parlent de l’amour, la peur de l’avenir, l’ennuie, l’autonomie... à 20 ans, en 2020.

Le processus créatif

Le Saut restitue la parole d’étudiants inspirés par l’univers du texte Les Trois Sœurs de Tchekhov. Avec leurs propres mots, mais aussi à travers leur corps, les comédiens livrent aux spectateurs leurs confessions sur des thèmes à la fois personnels et universels. C’est en grand collectif que Le Saut dévoile des morceaux de vie à travers des tableaux chorégraphiés et rythmés par différents états. Au sein de ceux-ci, le corps s’inscrit comme un véritable outil de transcription de la vie intérieur et intime des comédiens. Par la volonté de capturer le reflet direct des états d’âme des acteurs, la vidéo est invitée sur scène pour apporter un dialogue avec le jeu. L’écriture du spectacle, à partir d’étudiants confrontés à la matière de Tchekhov, aboutit à la construction de témoignages, d’interrogations et de réflexions, à la lisière du théâtre autobiographique.

Note d’intention

« Les Trois Sœurs de Anton Tchekhov est un drame qui traite de mémoire et d’utopie. Deux thèmes qui nous habitent de manières très différentes, à des étapes clés de la vie. L’intrigue est secondaire et laisse place aux envolées de l’âme des personnages. Le temps est à la fois nostalgie, source d’attentes velléitaires et le présent peu à peu s’effrite. Avec Le Saut, je propose aux étudiants de se questionner sur le rôle de l’acteur-créateur, celui qui puise dans l’analyse de son présent, de son vécu et dans l’observation de l’autre comme une nourriture pour créer. La mise en parole et en espace de certaines des questions existentielles fondamentales suggérées par Tchekhov sont des moyens pour essayer de se comprendre soi-même, les autres et le monde. En faisant travailler les comédiens sur des textes qu’ils ont écrits, à la manière des confessions des personnages de Tchekhov, j’ai eu l’envie d’entamer un voyage vers eux, vers leur monde et d’en retirer des morceaux pour les mettre sur scène.

Je propose un travail entre réalité et fiction où l’aventure consiste à trouver la résonance dans la réalité familiale, sociale et scolaire des mots de Tchekhov. La question du courage et de l’espoir sont au cœur de notre travail qui vise à entremêler théâtre et cinéma-documentaire ; les mots de l’auteur et ceux des étudiants, dans un dialogue entre la scène et l’écran. Aujourd’hui nous avons un moyen d’avoir un rapport plus proche entre l’acteur et le spectateur. La vidéo permet de raccourcir cette distance entre les deux. Les thèmes existentiels que nous abordons dans cette pièce confronte l’intériorité des comédiens et se reflètent directement sur le visage, jusqu’à l’intérieur de leur chair. C’est ce procédé-là qui est fort et que j’ai voulu capturer avec la caméra.
Le but pédagogique étant aussi de rendre tangible et concrète la question de l’incarnation et de la compréhension de l’autre au plateau. Je pense qu’à ce stade de leur formation, il était important de rappeler à ces futurs comédiens que pour se rapprocher d’un personnage, il faut le chercher en soi. Tchekhov permet de nous faire entrer dans ce processus-là de l’acteur avec ce côté plus intimiste. En stimulant leur « nécessité de dire », nous essayons de faire exister un moment de partage autour de nos peurs et de nos rêves, soutenu par l’œuvre de Tchekhov. »

Olivia Corsini, metteure en scène



Distribution

— inspiré du texte Les Trois Sœurs de Tchekhov
— Mise en scène Olivia Corsini
— Scénographie Caitlin Dailey
— Assistants à la mise en scène Lisa Meriot, Lyna Zouaoui, Adrien Madinier
— Régie Colin Schweitzer et Alexi Moradian
— Médiation/Production : Clélie Roy
— Avec Chloé Alduc, Edel Avril, Ferdinand Barrau, Elisa Besson
, Maëllie Jusac, Samaneh Latifi, Raphaël Camelio, Gabrielle Melendugno, Tina Carouge, Marine Grégori, Sarah Hassenforder, Manon Khezami, Julia Muyor, Chloé Letemple, Léïla Saïdani , Anika Pichon, Tézya Tschaenn
Elsa Mininge


à venir


Images du spectacle

à venir



Le mot des étudiants

Anika Pichon – Licence 3, Comédienne
« J’ai choisi cette création car le côté documentaire du projet m’intéressait beaucoup. J’aime la vidéo, le mélange entre théâtre et documentaire m’attirait davantage que la pièce en elle-même. »

Colin Schweitzer- Licence 3, Régisseur
« Le Saut était mon deuxième choix de production. Je n’aime pas trop le théâtre russe mais finalement j’ai beaucoup apprécié la pièce en la relisant. J’ai hâte de la mettre en lumière avec Olivia, metteure en scène avec qui j’aime beaucoup travailler. »

Maëllie Jusac – Deust 2, Comédienne
« C’est le travail intérieur que propose Olivia qui me plait. Elle nous demande de chercher des choses en nous, pour faire un spectacle à partir de notre propre vécu. C’est très intéressant pour nous, acteurs, qui avons toujours à jouer quelqu’un d’autre. »

Tézya Tschaenn – Deust 1, Comédienne
« J’aime le théâtre de Tchekhov, j’ai déjà lu pas mal de ses textes. J’appréhendais le travail avec la vidéo mais je voulais vraiment travailler avec Olivia Corsini dont je connaissais déjà le travail. »

Caitlin Dailey – Licence 3, Scénographe
« J’étais très heureuse de travailler sur un texte de Tchekhov, auteur que j’ai découvert l’an dernier dans le cadre d’un atelier. Mais ce qui me plaisait le plus, c’est le fait de réadapter la pièce et le travail collectif qui en découle. J’ai tout de suite imaginé une scénographie sobre mais efficace pour laisser la place au texte de se développer. »

Lisa Meriot - Master, Assistante à la mise en scène
« Le processus créatif m’intéressait. J’ai pour habitude de travailler avec des collectifs, j’ai fait des ateliers d’écriture sur certains des thèmes abordés et je voulais voir comment on construit un spectacle collectif avec du texte et de la vidéo. Je trouve que c’est très intime, cela oblige les étudiants à soulever des questions qu’ils se posent tous les jours et de mettre des mots dessus. »


La metteur en scène

Olivia Corsini
Olivia est une comédienne, metteure en scène Italienne, formée à l’école nationale d’art dramatique Paolo Grassi de Milan. Pendant deux ans, elle travaille dans la compagnie internationale Teatro de los Sentidos dirigée par le metteur en scène colombien Enrique Vargas en Espagne. En 2002 elle intègre le Théâtre du Soleil dirigé par Ariane Mnouchkineoù elle y interprète des rôles principaux dans des créations collectives jusqu’en 2014. Elle s’occupe de pédagogie et de formation dans différentes structures en Italie, en France et en Amerique Latine ou elle met en scène « Les Trois Soeurs » avec la compagnie de O barco (Sao Paolo) et A Puerta Cerrada aux côtés de Serge Nicolaï avec la compagnie Timbre 4 de Buenos Aires. Elle fait partie depuis 2011 du Collectif, If Human de Bruxelles où elle épaule en tant que collaboratrice artistique la metteuse en scène Gaia Saitta. En 2017 elle fonde la compagnie Wild Donkeys avec Serge Nicolaï. Au cinéma elle joue dans les derniers films d’Ariane Mnouchkine, Tonino de Bernardi et plus récemment, elle incarne le premier rôle dans le film qu’elle co-écrit : Olmo and The Seagull de Petra Costa. Actuellement, elle est actrice protagoniste dans : Democracy in America de Roméo Castellucci et en solo dans Disgrazia de Alexandre Roccoli et dans Séances de Wild Donkeys.


Le projet universitaire

Qu’est-ce qu’une création universitaire ?

Une création universitaire est la présentation publique d’un travail où les étudiants du DEUST 1 & 2 « formation de base aux métiers du théâtre », de la licence « Arts de la scène » et du Master « Arts et scène d’aujourd’hui », se réunissent pour monter un spectacle professionnel encadré par un metteur en scène invité par l’université. Dans ce processus de création, les étudiants acteurs, scénographes, dramaturges, régisseurs et médiateurs/producteurs mettent en pratique les connaissances acquises tout au long de la formation théorique et pratique proposée dans leur formation.