INCERTAINS REGARDS

Section Théâtre Aix-Marseille Université


Supervision, de Sonia Chiambretto | Louis Dieuzayde et Sonia Chiambretto

jeudi 30 avril 2020, par Arnaud Maïsetti



— information pratiques
— présentation du projet
— distribution
— dossier de presse
— On en parle
— Images du spectacle
— Un spectacle à distance
— Le metteur en scène
— le projet universitaire



Informations pratiques :

En raison des mesures gouvernementales suite à l’état d’urgence sanitaire, les représentations n’auront pas lieu au printemps 2020. Elles sont repoussées à la rentrée universitaire prochaine, sous réserve.

Une représentation à distance, via Skype sera diffusée le 7 mai à 10h30 sur le la page facebook du Théâtre Antoine-Vitez.


Présentation du projet

Création universitaire avec des étudiants de la section Arts de la scène d’Aix-Marseille Université

Note d’intention

« J’ai écrit un texte pour la scène dans une langue technique et poétique - des histoires, des passages, des instants surpris, des retrouvailles, des déchirements, de l’ennui, la France ordinaire, le bruit de fond de l’hôtellerie-restauration - mêler fiction, témoignages et documents d’archives, pour façonner une langue brute et musicale, dans un espace modulable et chorégraphique. Le point de départ de mon écriture a toujours été avant tout une « relation ». En partant cette fois d’une retranscription d’entretiens biographiques, c’est par la fiction et la mise en récit que j’entends capter les voix, le sensible, créer l’empathie, me "connecter". »

Sonia Chiambretto

« De mon point de vue, Supervision est une sorte d’étude de la machine capitaliste actuelle à partir du milieu d’observation de ce microcosme professionnel spécifique de l’hôtellerie- restauration. Se dérobant à tout discours de surplomb, puisant dans la source documentaire, le texte se met aux aguets des signes, des mots, des attitudes des corps ; il enquête sérieusement sur ce matériel où l’ordinaire devient alors beau comme trace du vrai. Il s’autorise aussi cependant des dérives fictionnelles qui arrachent le vrai à son évidence pour en faire une sorte d’énigme, une figure fantasmagorique qui puisse atteindre la dimension fantasmagorique du vrai.
Par sa dimension ludique, parfois quasiment enfantine, il appelle l’exercice du jeu de l’acteur comme de la mise en scène à saisir et à incarner des réalités tout en pratiquant une fente des apparences et une certaine mise en ivresse des formes.
Il va s’agir alors de chercher dans l’énonciation de l’acteur la justesse des aveux et des témoignages dont le texte est issu et de créer les mouvements d’une mécanique des corps qui en dise tout autant. L’enjeu est d’élaborer la texture d’un langage scénique qui implique le spectateur dans un processus kinesthésique, aliénant et de ce fait jubilatoire, se dilatant en virtuosités circassiennes (lancer de couteaux, exercice de cuisine en haute voltige) ou se concentrant sur la beauté minimaliste de quelques gestes savamment appris et répétés (pliage des draps de lit, service à table, corps érigé en piquet).
Espiègle et pourtant grave, Supervision s’ingénie avec ingénuité à tendre les pouvoirs de la théâtralité à l’analyse des formes libidinales de la domination telles qu’elles s’exercent dans la texture des existences. C’est cette emprise quasiment tactile qu’il nous incombe de mettre en œuvre dans la poétique du plateau. »

Louis Dieuzayde


La pièce

À GENOUX !! LES BRAS EN L’AIR ! ACCROUPI ! EN TORSION LATÉRALE ! CHAUD DEVANT - CHAUD ! À GENOUX !! LES BRAS EN L’AIR ! ACCROUPI ! EN TORSION LATÉRALE ! EXÉCUTION ! CHAUD DEVANT - CHAUD ! LE SERVEUR EXÉCUTE LES ORDRES DU CHEF DE RANG, LEQUEL EXÉCUTE LES ORDRES DU MAÎTRE D’HÔTEL. CHAUD DEVANT - CHAUD ! PRÉPARER LES TABLES ! DRESSER LE COUVERT ! INSTALLER LES CLIENTS ! À GENOUX !!

Extrait, p. 31

Supervision est une immersion à plusieurs voix dans le monde de l’hôtellerie de luxe, de l’école hôtelière aux retours clients sur TripAdvisor. Prêtant l’oreille à ce territoire socioprofessionnel, Sonia Chiambretto saisit des échanges entre les portes, surprend des conversations de couloir, déconstruit le langage managérial, observe les corps mobilisés, la souffrance et l’efficacité du personnel de service. Mêlant fiction, témoignages et documents d’archives, dans une langue aussi technique que poétique, Supervision dessine une cartographie sensible de l’espace social et du travail, où derrière le sentiment d’appartenance au Groupe et la résignation ambiante, émergent des pensées critiques et des pulsions dissidentes.

Parution le 17 janvier 2020, aux éditions L’Arche

La Presse en parle

On est ici aux antipodes d’un théâtre documentaire où les victimes, raides comme un piquet, viennent dénoncer dans un micro leurs effroyables conditions de vie au travail. En poète, en obsédée du mot juste autant du mouvement de la phrase, Chiambretto travaille constamment en rythme y compris typographique (comme on le voit dans l’édition de la pièce comme c’était le cas déjà dans POLICES !) [...] On ne s’attarde pas, on coupe dans le vif. Cherchez une redite, un mot de trop, une phases lourdement explicative pour le spectateur, vous ne les trouverez pas. "
Jean-Pierre Thibaudat, Médiapart, 30 janvier 2020

" La pièce nous embarque dans les couloirs d’un hôtel six étoiles, d’étage en étage, d’un service à l’autre, de bruits de couloir en bruits de couloir, comme dans un immense plan séquence. Un sentiment entièrement du à une écriture fluide et concrète, qui maîtrise parfaitement les transitions entre les envolés politico-poétiques et l’apparente authenticité des témoignages. S’entremêlent alors les paroles sacro-saintes du Groupe, de ses apôtres dirigeants et des moutons plus ou moins forcés à suivre les préceptes du cette religion professionnelle. Mais derrière l’image luxueuse de l’établissement se cache une organisation militaire où hiérarchie et violence vont de pair. Les coulisses du Groupe cachent aux yeux des client.es un nid de propos sexistes, racistes et autres violences sociales. Sans oublier les violences physiques infligées aux employés situés en bas de cette somptueuse hiérarchie du luxe, à force de travailler avec des produits toxiques discount, le dos constamment courbé. "

SSPA - Société Semi Protectrice de Artistes - sspalesite.fr 20 février 2020-----


dossier de presse


Distribution

— Texte : Sonia Chiambretto
— Mise en scène : Sonia Chiambretto et Louis Dieuzayde
— Assistantes à la mise en scène : Faustine Guégan, Youssra Mansar, Estelle Tournié
— Scénographie : Narayana Diaz et Manon Berger
— Régie : Aude Dallacosta et Laurie Milleron
— Médiation/Production : Alexandre Sauron
— Avec : Antoine Aresu Marion Benetto Naïri Casabianca Elsa Chabran Rose Chaligné Caroline Charvolin Catherine Chazel Emma Crozat Maya Defaye Mattéo Duluc Antoine Dunas Maëlle Haye Nicolas Jazat Clémentine Léger Romain Leplomb Timothé Logé Maï-ly Nguyen Elise Plaza Gersande Rivière Shanti Rouvier Marine Urban Julie Wauthier Hugo Zeltner


Images du spectacle

à venir

photos des répétitions


Un spectacle à distance

Les répétitions avaient à peine commencé que le confinement décrété par le gouvernement au printemps 2020 en raison de l’épidémie de Coronavirus rendait évidemment impossible le rassemblement de plus de vingt étudiants.
Malgré cette situation, la création universitaire avait voulu poursuivre sa route. Par l’obstination de tous, le travail conjoint de Louis Dieuzayde et Sonia Chiambretto, des étudiants théâtre d’Aix-Marseille Université et du doctorant-chercheur en cinéma Elio Della Noce (en contrat CIFRE avec le Théâtre de La Criée), le spectacle a pris une forme inédite via la plateforme Skype. Les répétitions ont continué, à distance.
Une forme est née, entre théâtre et cinéma, quotidien des acteurs et fiction théâtrale, jeu de webcams et échappées numériques, le vivant du plateau s’est déplacé à l’écran.


La section théâtre d’AMU et le Théâtre Antoine-Vitez ont ainsi proposé une présentation de cette création numérique, via une diffusion en direct sur Facebook, le 7 mai à 10h30.
Celle-ci durait 45 minutes.

Parallèlement, Elio Della Noce, doctorant-chercheur en cinéma, a réalisé une une création cinématographie à partir des répétitions.
Ci-dessous un texte de présentation du réalisateur et son film (d’une durée de 25 min)

La Lutte des souffles

Le confinement aurait menacé la création théâtrale universitaire Supervision, si un outil de travail à distance n’était apparu : la visioconférence. L’expérience des répétitions se poursuit au moyen de la recherche sur l’application Skype, ouvrant à un étrange laboratoire. Théâtre et cinéma se confrontent, leur origine commune est mise au jour, pour être saisie dans un registre documentaire. Chaque film contiendrait une histoire de ses répétitions.
Est-ce ici l’espace-temps de la scène de théâtre ? ou celui du tournage ? Serait-ce la vie réelle des acteurs ? Ou un artefact numérique des répétitions ? Depuis nos solitudes, ces intérieurs-filmés demandent : vers qui porter mon souffle ?
Sonia Chiambretto a publié en janvier 2020 le texte poétique Supervision, un texte qui mixte documents et fiction, de style objectiviste, sur les travailleurs de l’ombre de l’hôtellerie de luxe. Paroles et corps usés des employés du luxe ; intériorisation des langues managériales ; confessions et messes corporatistes ; gestes de travail ; sont maintenant rejoués lors des répétitions des acteurs dirigés par Louis Dieuzayde. Les espaces sont rebâtis devant la webcam. Chaque acteur, de son lieu intime, s’adresse au regardeur derrière l’écran. Il lui transfère le jeu des existences.
Les semaines passent. La distance impose un retournement d’usage : si les plateformes de visioconférence deviennent le laboratoire de nos créations les plus pauvres, si la communauté des invisibles se réunit, si ainsi nous luttons d’un même souffle derrière nos frontières virtuelles, alors plus rien ne fera écran.

Elio Della Noce


Les metteurs en scène

Sonia Chiambretto est écrivain et poète. Son travail d’écriture consiste à multiplier les points de vue en mixant textes de création, témoignages et documents d’archives pour façonner une langue brute et musicale. Par l’originalité formelle de son écriture, la force et l’engagement de son propos, elle distord la notion de « document », et crée des langues françaises « étrangères ».
Ses textes ont notamment été mis en scène par Hubert Colas qui a monté la totalité de sa trilogie CHTO et Rachid Ouramdane qui crée son texte POLICES !
Sonia Chiambretto a également collaboré avec la chorégraphe Kitsou Dubois, et les metteurs en scène Thierry Raynaud, Pierre Laneyrie, Benoit Bradel, Alexandra Badéa...
Elle donne régulièrement des lectures performances de ses oeuvres, anime divers workshops dans les écoles d’art et à l’université d’Aix- Marseille, et participe au comité de rédaction de la revue de poésie Grumeaux.
Quelques-uns de ses livres :
- Une petite randonnée (P.R.) Actes Sud, 2012
- Polices ! Grmx, 2012
- Zone éducation prioritaire, Actes Sud, 2010
- Chto : interdit aux moins de 15 ans ! Inventaire-invention, trilogie parue entre 2006 et 2007, Actes Sud, 2009

Louis Dieuzayde est enseignant et formateur en Théâtre à Aix-Marseille Université, maître de conférences en Esthétique théâtrale. Ses recherches portent sur le jeu de l’acteur tel que les écritures contemporaines le déplacent et le renouvellent. Il mène auprès des étudiants des ateliers de création au sein desquels il a réalisé des mises en scène d’oeuvres poétiques de haute langue (Louis- Ferdinand Céline, Valère Novarina) et de dramaturgies contemporaines déroutantes (Roland Schimmelpfennig).
Son compagnonnage avec Sonia Chiambretto s’est initié lors de mises en espace de sorties d’ateliers d’écriture dirigées par l’auteure à l’université et présentées au Théâtre Antoine Vitez. Attentif au travail poétique de la pensée autant qu’à l’expérimentation sensible engagée par l’acteur, il vise à faire de la scène un lieu d’exploration du langage et de la perception des temps présents.
Quelques-unes de ses mises en scène :
- 2017 : Etat civil, Sonia Chiambretto, réalisation mise en scène avec l’auteure, Théâtre du Bois de l’Aune. Reprise au Théâtre Antoine Vitez, Aix-en-Provence.
- 2013 : L’espace furieux, Valère Novarina, production universitaire, Théâtre Antoine Vitez, Aix-en-Provence.
- 2003 : Ajax de Sophocle, Cie La sixième cataracte, Théâtre de Lenche, Marseille. Reprise au Théâtre Antoine Vitez, Aix-en-Provence.


Le projet universitaire

Qu’est-ce qu’une création universitaire ?

Une création universitaire est la présentation publique d’un travail où les étudiants du DEUST 1 & 2 « formation de base aux métiers du théâtre », de la licence « Arts de la scène » et du Master « Arts et scène d’aujourd’hui », se réunissent pour monter un spectacle professionnel encadré par un metteur en scène invité par l’université. Dans ce processus de création, les étudiants acteurs, scénographes, dramaturges, régisseurs et médiateurs/producteurs mettent en pratique les connaissances acquises tout au long de la formation théorique et pratique proposée dans leur formation.